Nouvelle année, nouveau défi: un an sans achat de vêtements issus de la «fast-fashion»!

un an sans vetement issu de la fast-fashion

Pour 2021, la « shopping addict » que je suis se pose un défi de taille : ne plus acheter un vêtement qui ne soit pas issu d’une production écologique et éthique !

Pourquoi cette résolution pour 2021 ?

Pour bien commencer l’année, le « rendez-vous des blogueurs » a proposé aux participant.e.s d’écrire sur ce thème : notre bilan 2020 et nos résolutions pour l’année 2021.

Comme je préfère oublier l’année qui vient de s’écouler, je suis tout de suite passé à la case « résolutions ».

Et comme je suis du genre réaliste et flemmard, je m’en impose une seule pour cette nouvelle année, mais pas des moindres :

  • ne plus acheter un seul vêtement d’une entreprise qui ne se préoccupe pas de l’impact social et environnemental de sa production.

Car si j’essaie d’avoir un comportement écolo dans mon quotidien, je ne m’étais jamais attardé sur le problème de la provenance de mes vêtements. Et pourtant il y a de quoi.

La fast- fashion et moi :

shopping addict

J’adore le shopping, ce qui fait que j’achète très régulièrement des vêtements complètement inutiles que je mettrais 2 fois par an…

Peut-être pour me déculpabiliser un peu lors de l’achat, je :

  •  privilégie les petits prix
  • surveille les offres soldées
  • ferme un œil (voir les deux) sur la qualité

Ce qui fait de moi la parfaite consommatrice de la « fast fashion », cette industrie reine du « pas cher et mal coupé ».

Pourtant, son mode de production me dérangeant de plus en plus et j’aimerais apprendre à m’en passer.

Ce qui me dérange dans la fast fashion :

Le mode de fonctionnement de la « fast fashion » me préoccupe depuis un moment, mais c’est l’Instagrameuse Lily Fairy et son post « 1 vêtement en coton sur 5 vient du travail forcé des Ouighour.e.s » qui m’ont donné envie de faire quelque chose.

Je vous laisse le découvrir ci-dessous :

Ainsi, j’apprends que nos vêtements peuvent être produits par une population réduite à l’esclavage, dans l’impunité la plus totale.

La stratégie de manipulation psychologique de la fast-fashion :

manipulation de la fast-fashion

En me documentant un peu plus sur les stratégies de la fast-fashion, je me rends compte que le problème va plus loin, comme l’explique un article du site « WeDress Fair », « Qu’est-ce que la fast-fashion ? ».

Je constate que clairement, cette industrie nous prend pour des truffes avec, entre autres :

  • Un bourrage de crâne médiatique pour te créer un besoin fictif d’acheter
  • Des soldes qui ne sont pas appliqués pour liquider un éventuel surplus de marchandise mais penser dès la production du vêtement pour pousser à l’achat
  • Des stratégies de « marketing de l’urgence » pour te faire acheter en te provoquant une peur de manquer une bonne affaire

Savoir que des industries prennent plaisir à me créer du stresser, pour mieux prendre mon argent, ça me gonfle.

Mais le coût est aussi et surtout environnemental et social.

Le coût environnemental de la fast- fashion

Les productions sont de plus en plus nombreuses, parfois 36 par an contre 4 en mode éthique, ce qui n’est pas sans conséquence pour la planète.

J’apprends ainsi que :

  • Le polyester (la matière composant les trois quarts de ma garde-robe) est non une matière non renouvelable.
  • Les plantations de coton consomment beaucoup d’eau et sont très polluantes du fait de l’utilisation de pesticides pour les garder en bonne santé

Le coût social de la fast-fashion :

Par ailleurs, si on met l’accent en ce moment sur le peuple ouïghour, le problème du traitement de la main-d’œuvre dans les industries textiles est global.

En effet, au Bangladesh et au Pakistan, dont sont issus une bonne partie de nos habits, les usines ont les salaires les plus bas du monde.

Quelles difficultés à s’habiller « étique » ?

problème mode éthique

Face à ce constat, je pourrais juste ne plus rien acheter du tout. Le monde ne s’écroulera pas si je renonce à de nouvelles paires de chaussettes pour recoudre mes anciennes. Sauf que je connais mes faiblesses et je sais que je ne tiendrais longtemps.

Et puis j’aimerais soutenir un système auquel je crois, celui de la mode éco-solidaire.  Ce qui signifie : acheter des habits produits dans le respect de l’environnement et des droits humains.

Pour passer un an sans achat de vêtements issus de la « fast-fashion » , je vois tout de même quelques difficultés :

  • Le prix que j’imagine onéreux
  • Le manque d’originalité dans le design des vêtements
  • Le peu de boutiques présentent en ville si on ne veut pas d’achats par internet
  • La tentation omniprésente des boutiques de vêtements à bas prix

Quels sont mes objectifs ?

mes objectifs

Pour cette année 2021, les vêtements que j’achète doivent respecter ces critères :

  • Étiquetés « gots » (certifié textile biologique et écologique)
  • Fabriqués dans l’Union Européenne

Deux critères, ça semble peu, mais je pense que j’élimine comme ça la plupart de mes possibilités d’achats.

Enfin, le but de ma démarche n’est pas de nettoyer ma conscience pendant un an pour me replonger tête baissée dans le premier Zara que je trouve en 2022.

L’idée derrière « un an sans achat de vêtements » issus de la « fast-fashion » serait de me permette de mettre en place des habitudes à garder sur le long terme tout en étant me permettant de temps en temps des écarts.

Besoin de votre aide !

Comme je me lance dans un an sans achat de vêtements sans rien connaitre, je suis preneuse de tous conseils ou astuces de votre part. Si vous avez déjà testé des boutiques de mode éthique intéressantes, n’hésitez pas à me le dire, j’irais probablement y faire un tour.

De mon côté, si vous êtes intéressé, je peux vous faire un retour des solutions que j’ai trouvées pour éviter la « fast-fashion », avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Je serais bien évidemment honnête si mon expérience a été un échec. (Souhaitez-moi bon courage ^^)

Et vous, vous avez quel rapport avec vos fringues ?

Quelques liens utiles sur le sujet :

  • Article publié dans le journal Libération – Travail forcé des Ouïghours: une entreprise totalitaire :

https://www.liberation.fr/planete/2020/12/14/travail-force-des-ouighours-une-entreprise-totalitaire_1808653

  • Article France 24 – Un rapport dénonce le travail forcé en Chine d’un demi-million d’Ouïghours dans le coton :

https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20201216-un-rapport-d%C3%A9nonce-le-travail-forc%C3%A9-en-chine-d-un-demi-million-d-ou%C3%AFghours-dans-le-coton

  • La liste de la honte, pour connaitre les entreprises qui exploitent des ouighours :

https://adaptationmagazine.com/entendre/83-marques-esclave-ouighour/

Commentaires

  1. Ça c’est une très bonne résolution, chapeau ! Bon courage à toi (puisque tu nous le demandes 😉)

  2. Super résolution à laquelle j’essaie d’adhérer depuis plusieurs années.
    Du coup à chaque saison je m’impose un tri de penderie avec le défi 3.33 3 mois avec 33 pièces dans ta garde robe (le reste est rangé dans des sacs mais avec le temps il y en a de moins en moins). Et en fonction de ce qui me manque j’achète en privilégiant de belles pièces d’occasion ou en investissant dans des pièces neuves éthiques.
    Le gain est assez intéressant et ta tirelire à voyage devrait vite gonfler.

  3. C’est une très belle initiative !! Et j’espère que tu tiendras dans cette démarche :)!!
    Bisous

  4. Lénou

    Merci pour tes encouragements je vais essayer 😁😁💪

  5. Lénou

    Merci 😊 je ne connaissais pas cette astuce du 3.33, plutôt pas mal !! Oui j’espère que la tirelire à voyage va exploser cette année 😄😁😁

  6. Lénou

    Merciiii 😊😊 oui j’en aurais besoin, je suis une faible à ce niveau-là 😂😂

  7. Regarde défi 3.33 sur YouTube, tu vas en trouver plein c’est pas mal. Fais toi une virée shopping et à chaque fois que tu résistes tu mets l’équivalent dans ta tirelire… ca motive aussi 🙂

  8. Lénou

    Ça marche, merci, je vais regarder ça 😎 je sais pas si j’oserais tester ma résistance avec une virée shopping mais à voir 😄

  9. C’est une très belle résolution! J’essaierai d’en faire autant…

  10. Lénou

    Merci 😊 Forza à toi aussi alors 💪😁

  11. Hello, quel bel objectif pour 2021 ! Je te souhaite bon courage dans ta démarche 😘

  12. Très belle initiative 🙂 Bisous !

  13. Lénou

    Merci beaucoup c’est gentil ☺️☺️

  14. Une chose que je fais depuis des années, c’est acheter deuxième main. Tu as des sites Internet et des boutiques. Je le fais aussi pour mes filles à l’exception des chaussures et des sous-vêtements.

    Bien sûr, on n’est pas parfaits et tout dépend où on vit. À Grenade, il est difficile de trouver des vêtements enfants. J’avais besoin d’une combi bien chaude pour ma petite (on a moins 4 dernièrement) et j’ai fini chez Gap alors qu’il y en avait plein sur des sites de deuxième main mais le temps de commander et de livrer, elle aurait eu froid.

    En tout cas, bravo. C’est une très bonne résolution.

  15. je suis encore loin de la fast fashion, mais j’adpote la garde robe capsule. Aller à l’essentiel. Par contre j’ai une démarche plus écologique dans ma salle de bains, je fais attention aux produits et je me tourne vers le 0 déchet

  16. Lénou

    C’est déjà pas mal 👍👍 Pareil j’essaie d’être attentive aux produits d’entretien comme pour le corps et à l’impact qu’ils ont sur la planète. Merci pour ton passage 😊

  17. Mo.

    Très chouette challenge que tu te lances ! Personnellement, ça fait facilement 2 ans voire 3 que je ne m’habille plus que en seconde main. Je ne dis pas que je ne craque pas de temps en temps pour des basiques chez Primark ou pour une pièce soldée chez H&M mais je me rends très rarement dans ces magasins. Mon conseille c’est que lorsqu’une envie shopping surgit, va directement dans un magasin de seconde main ou une friperie et prend le temps de regarder à ton aise 🙂 tu verras, une fois que tu auras trouvé ton rythme, tu trouveras ça fun ! Et en plus de l’impact écologique, tu vas économiser. Je suis effarée de voir le prix des pull H&M quand je peux parfois dénicher des pulls de marques à 5 euros 🙂

  18. Lénou

    Waouh bravo, je suis admirative 👏👏merci pour tes encouragements, l’idée de la friperie me plaît beaucoup 😁😁

  19. Coucou Lenou. De mon coté aussi je trouve la résolution intéressante mais il me semble que ce n’est pas toujours facile de la réaliser. Au Puy en Velay par exemple il n’y a plus de friperie. On se retrouve un peu obligée de regarder sur internet et…de ne pas acheter local. Pas toujours très simple d’essayer de faire du bien à la planète! Mais bon, A Marseille, tu devrais trouver ton bonheur pour « le seconde main »…
    Amicales salutations. Ginette

  20. Lénou

    Coucou 🙂 merci, oui j’imagine que c’est plus difficile dans les villes plus petites. Après je vais essayer de ne rien acheter pendant un an et en cas de nécessité je me tournerais vers les créatrices locales. Ça serait top que ça se développe partout mais j’imagine que économiquement c’est compliqué de s’en sortir…

Laisser un commentaire